SHARE

Se couper, boire du jus de pamplemousse… Si vous êtes sous anticoagulants, certaines habitudes du quotidien peuvent vous mettre en danger. Le médecin François Baumann, médecin généraliste, dresse la liste des pratiques à éviter pour ne pas frôler l’hémorragie ou l’AVC.

Les traitements anticoagulants

Les traitements anticoagulants sont destinés à empêcher la formation de caillots sanguins en cas de pathologie cardiaque (fibrillation auriculaire, infarctus du myocarde, prothèse valvulaire…). Essentiellement destinés à fluidifier le sang, ce sont des traitements dangereux en cas de surdosage, avec un risque d’hémorragie parfois fatale.

Les plus prescrits sont les antivitamine K 2, mais ils sont très difficiles à équilibrer lorsque l’on en consomme. Ils agissent en occupant la place de la vitamine K dans des réactions indispensables à la synthèse de certains facteurs de la coagulation.
En France, les anti-vitamine K sont représentés par l’acénocoumarol (Sintrom®, Minisintrom®), la warfarine (Coumadine®) et la fluindione (Previscan®).

Chez une même personne, de nombreux médicaments et aliments peuvent modifier leur activité. Pour cette raison, un traitement anticoagulant doit faire l’objet d’une surveillance…

  Lire…