SHARE

Tout droit venu de Chine, le frelon asiatique sévit en France depuis 2004. Sa piqûre, comme toutes celles d’hyménoptères, est douloureuse et peut entraîner de graves complications en cas d’allergie, voire la mort. Quel est alors le comportement à adopter pour subir le moins possible les désagréments qui y sont liés ? Le mode d’emploi nous est dicté par les allergologues Joëlle Birnbaum et Nhân Pham-Thi.

Reconnaître une piqûre de frelon asiatique

Pour le Dr Birnbaum, il est important de préciser que la piqûre de frelon asiatique “n’a aucune spécificité médicale”. L’aspect de la piqûre et les risques qui y sont liés sont identiques à ceux des autres hyménoptères. La piqûre est simplement plus douloureuse, “car il y a plus de venin et donc de réaction inflammatoire.” Elle s’accompagne de réactions locales “tout à fait normales, il n’y a aucun critère de gravité” : une rougeur et un gonflement (œdème) de moins de 10 centimètres au point de piqûre, ainsi qu’une légère induration. “Cela peut durer plusieurs jours. Le venin contient de nombreuses toxines qui vont créer cette réaction inflammatoire.”

Il y a également des réactions locorégionales : “par exemple, quand on est piqué au niveau de l’avant-bras, l’œdème va dépasser les 10 centimètres et peut atteindre l’articulation du coude voire celle du poignet.” En…

  Lire…