SHARE

Selon une nouvelle étude, le risque de développer une DMLA serait plus ou moins élevé selon les zones d’habitation chez les personnes de plus de 50 ans.

L’étude est inédite. Des chercheurs ont examiné les résultats de santé de 40 000 personnes entre 1998 et 2010. Ils se sont tout particulièrement intéressés à leurs yeux. Leurs conclusions sont surprenantes.

Des résultats statistiques étonnants

Cette nouvelle étude présente la particularité de s’être focalisée sur la pollution de l’air. Selon les chercheurs, chez les participants de plus de 50 ans ayant été exposés à long terme au dioxyde d’azote, le risque de DMLA était 91 % plus élevé que chez les autres.  

Les individus de l’étude qui vivent dans des environnements présentant une forte concentration de monoxyde de carbone étaient aussi plus susceptibles de développer une DMLA. Chez eux,…

  Lire…