SHARE

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a dévoilé le 8 octobre 2018 une liste de nouvelles recommandations adressées aux professionnels de santé dans le cadre de la prescription d’Androcur® afin de limiter le plus possible les risques de méningiomes associés au médicament.

L’affaire Androcur® continue. Après qu’une étude menée par l’Assurance maladie et l’hôpital Lariboisière a révélé le lien entre la prise du traitement hormonal à fortes doses et un risque de méningiome (tumeur au cerveau) accru, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a dévoilé le 8 octobre 2018 une série de nouvelles recommandations à destination des professionnels de santé visant à mieux encadrer ces effets indésirables potentiellement graves.

Un médicament jugé utile…

Ces recommandations font suite à une réunion d’un comité pluridisciplinaire d’experts indépendants qui a notamment statué le 1er octobre 2018 sur l’utilité et l’importance de l’acétate de cyprotérone 50 mg et 100 mg, substance active du médicament Androcur® et de ses génériques, pour lutter en particulier contre les troubles de la pilosité chez la femme. L’ANSM rappelle en effet “l’absence d’alternative…

  Lire…