SHARE

Une étude a démontré que prendre des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pour traiter les symptômes de l’angine augmenterait le risque de développer des phlegmons (abcès de la gorge). Le paracétamol serait alors à privilégier.

Mal de gorge, fièvre, maux de tête… Les symptômes de l’angine sont particulièrement désagréables. Pour traiter cette inflammation, il paraît logique de se tourner vers des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), tels que l’aspirine et l’ibuprofène. Pourtant, dans le numéro de septembre 2018, la revue Prescrire relaie une étude menée par des médecins généralistes français parue en avril 2017 qui explique que ces médicaments ne devraient pas être utilisés en première intention car ils ne seraient pas sans risque pour la santé : ils augmenteraient en effet les chances de survenue de phlegmons  (abcès à la gorge résultant d’une infection des tissus situé entre l’amygdale et l’un des muscles constricteurs du pharynx).

Traitement de l’angine : des risques de phlegmons liés aux AINS qui ne devraient pas être utilisés en premier recours

Pour arriver à cette conclusion, 120 médecins généralistes se sont appuyés sur la base de données de l’…

  Lire…