SHARE

Au travers d’une étude, des chercheurs américains pointent du doigt la pollution intérieure engendrée par les tâches ménagères quotidiennes comme la cuisine et le ménage, et invitent à une plus grande considération des risques qui y sont liés.

La pollution est souvent associée à l’air extérieur. Mais qu’en est-il de l’air de notre maison ? Au travers d’une étude publiée le 17 février 2019, des chercheurs de l’université du Colorado aux Etats-Unis révèlent que les tâches ménagères et les produits ou appareils utilisés pour les réaliser contribuent grandement à la pollution de l’air intérieur.

Dans la maison, des taux de particules équivalents à ceux “des grandes villes polluées”

Pour arriver à ce constat, les chercheurs se sont attelés à contrôler la qualité de l’air d’une maison d’environ 110m² en y posant des capteurs et des caméras. Durant un mois de l’année 2018, ils y ont réalisé des tâches ménagères, comme la cuisine, le nettoyage, etc. Résultats : des taux importants de particules chimiques ont été relâchées, équivalents à ceux “des grandes villes polluées”, expliquent les auteurs de l’étude. Ils précisent : “Le simple fait de griller une tartine ou de faire…

  Lire…