SHARE

Une étude publiée dans le Journal of Sexual Medicine a permis d’établir un lien entre dysfonctionnements érectiles et l’exposition aux particules fines. L’occasion de rappeler les dangers de la pollution atmosphérique sur notre santé.
 

Une étude, publiée dans le Journal of Sexual Medicine, concernant le lien entre troubles érectiles et particules fines coïncide avec les nouvelles mises en garde de Public Health England du 11 mars 2019. Selon les recherches, ce serait une exposition régulière aux émanations toxiques de voitures de plus en plus importante qui réduirait les performances intimes de l’homme. A long terme, inhaler trop de particules fines provoquerait une inflammation des vaisseaux sanguins des organes génitaux, les privant d’oxygène et endommageant alors le désir sexuel.

Développement de maladies cardiaques, d’AVC, de cancers du poumon…

L’étude s’est basée sur l’analyse d’une population de plus de 450 personnes âgées (âge moyen : 70 ans), exposés pendant sept ans à des niveaux de pollution de l’air élevé. “L’association entre particules fines et dysfonctionnement érectile n’était pas significativement modifié par des conditions de santé défavorables, telles que l’obésité ou une CRP…

  Lire…