SHARE

L’ANSM met en garde contre l’acétate de chlormadinone (Lutéran©) et l’acétate de nomégestrol (Lutényl©), deux nouveaux médicaments qui pourraient augmenter le risque de développer des méningiomes (tumeurs des méninges). 6 mois après que les mêmes risques aient été confirmé pour le traitement Androcur®.

Les personnes soumises à un traitement par Acétate de chlormadinone (Lutéran©) et acétate de nomégestrol (Lutényl©) seraient plus à risque de développer une tumeur. C’est un signal d’alarme tiré par l’ANSM dans un communiqué publié le 7 février 2019. “Des cas de méningiomes ont été observés lors de l’utilisation de ces médicaments à des doses thérapeutiques”, expliquent les auteurs. En conséquences ils annoncent le lancement d’une étude dans les mois à venir “par les épidémiologistes experts du Groupement d’intérêt scientifique Epi-Phare”. Les résultats devraient permettre de déterminer. de confirmer ou non un risque de cause à effet lié à ces deux traitements, dérivés de progestérone. Ils sont généralement prescrits en cas de ménopause, troubles menstruels ou endométriose.

Stopper le traitement si un méningiome est diagnostiqué

Le méningiome est une tumeur des méninges, les membranes qui enveloppent le cerveau et la moëlle épinière. Dans la plupart des cas,…

  Lire…