SHARE

Particulièrement efficace pour lutter contre les douleurs légères et la fièvre, le paracétamol est l’antidouleur le plus populaire en France. Disponible sans ordonnance en pharmacie (Doliprane®, Efferalgan®…) , l’analgésique peut toutefois être à l’origine de graves troubles hépatiques si des règles strictes de bonne conduite ne sont pas observées. On fait le point avec le Dr Philippe Vella, directeur des médicaments antalgiques à l’ANSM. 

Doliprane®, Dafalgan®, Efferalgan®… Le paracétamol  est le médicament le plus prescrit en France et dans le monde. Recommandé en cas de douleur modérée et de fièvre, il est l’analgésique auquel les Français ont le plus souvent recours dans le cadre d’une automédication. Selon les chiffres de l’Agence nationale du médicament et des produits de santé (ANSM), sa consommation est passée de 5,6 à 9 boîtes par habitant et par an entre 2006 et 2017, soit un bond de de 53% en 10 ans.

Bien utilisé, le paracétamol est très sûr et efficace. Toutefois, en cas de surdosage, il peut s’avérer toxique pour le foie. Ainsi, “il est important de respecter plusieurs règles afin d’éviter une atteinte très grave du foie et de se mettre à l’abri d’un risque d’insuffisance hépatique”, prévient le Dr Philippe Vella, directeur des médicaments antalgiques à l’ANSM.

Les règles de bonne conduite

Dans le cadre d’une automédication…

  Lire…