SHARE

La Haute Autorité de santé (HAS) l’a confirmé vendredi. Les personnes de moins de 55 ans ayant reçu une première dose de vaccin AstraZeneca se verront proposer un vaccin ARN (Pfizer ou Moderna) en seconde injection. Une mesure de précaution qui pourrait évoluer en fonction de nouvelles données.

Une préconisation « totalement logique »

Cette préconisation est « totalement logique », a estimé le ministre de la Santé Olivier Véran, vendredi sur RTL. Le 19 mars, la Haute Autorité de santé avait déjà suspendu le vaccin AstraZeneca pour les moins de 55 ans suite à un avis de l’Agence

  Lire…