SHARE

Enfin une explication à nos terreurs nocturnes. Grâce à une étude menée sur 17 volontaires, des scientifiques ont pu établir un lien entre nos cauchemars et une activité plus intense du côté droit de notre cerveau.

Souvent énigmatiques, voire complètement incompréhensibles, les rêves nocturnes intriguent plus d’un et ont souvent fait l’objet d’études pour tenter de les décrypter. Récemment, des scientifiques se sont intéressés à nos cauchemars. Il semblerait que ce soit un déséquilibre de l’activité de notre cerveau qui en soit à l’origine. C’est en tout cas ce que dévoile une étude réalisée auprès de 17 volontaires, menée par des chercheurs du Royaume-Uni, de Finlande et de Suède. Publiés au sein du journal de neurosciences JNeurosci, les résultats de l’enquête démontrent qu’un déséquilibre entre l’activité cérébrale du côté gauche et celle du côté droit serait propice aux cauchemars. On parle alors d’asymétrie alpha frontale (FAA). C’est sur cet aspect que se sont penchés les chercheurs au sein d’un laboratoire de sommeil.

Une hyperactivité frontale du côté droit, propice aux cauchemars

  Lire…