SHARE

Dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour l’année 2019, le ministère de la Santé a annoncé le 25 septembre 2018 que les patients qui refuseront, sans justification médicale, les médicaments génériques proposés par le pharmacien devront payer plus cher les médicaments originaux. La mesure entrera en vigueur à compter du 1er janvier 2020.

Des économies pour l’Etat, mais pas pour le patient. Pour parvenir à l’objectif fixé par le gouvernement (3,8 milliards d’euros d’économie dans le domaine de la santé en 2019), la ministre de la Santé Agnès Buzyn a dévoilé le 25 septembre 2018 le projet de loi de financement de la Sécurité sociale qui renferme une mesure qui risque de déplaire aux Français : à compter du 1er janvier 2020, les personnes qui refuseront les médicaments génériques proposés par le pharmacien seront moins bien remboursés.

Payer plus cher pour les princeps

“Le remboursement d’un assuré qui ne souhaiterait pas, sans justification médicale, la substitution proposée par le pharmacien se fera désormais sur la base du prix du générique”, explique le dossier de presse. “Nous demandons aux Français qui voudront accéder à un médicament de nom de marque de mettre de leur poche”, a tout simplement précisé Agnès Buzyn devant la presse. Quand on…

  Lire…